Rapport au Chapitre, 2ème partie, Jalons


Missionnaires Oblats de Marie Immaculée

État de la Congrégation

Rapport du Supérieur général au Chapitre général de 2010

2ième partie




I.    Jalons et événements positifs


A.    Les jalons de l’histoire du monde et de l’Église qui nous affectent directement


Au niveau mondial, qu’est-ce qui a marqué les Oblats durant les derniers six ans ? En relevant un nombre limité d’événements mondiaux qui nous ont affectés plus particulièrement, je note :

  • la guerre et des conflits dans plusieurs pays où nous sommes présents : au Sri Lanka (2004-2009), au Congo (même après la 2e guerre du Congo de 1998 à 2003), dans le sud des Philippines, et à Jos, Nigeria (2009-2010); le harcèlement des chrétiens en Inde et au Pakistan (surtout en 2009);
  • le tsunami du 26 Décembre 2004;
  • la crise financière de 2008-2009;
  • le règlement de la question des Écoles résidentielles indiennes au Canada, en 2008-2009;
  • la fin de la Guerre civile au Sri Lanka en mai 2009;
  • le séisme de Haïti le 12 janvier 2010.

Durant la même période l’Église a connu plusieurs événements importants :

  • le décès du pape Jean-Paul II et l’élection subséquente d’un nouveau pape, Benoît XVI, en 2005;
  • la 5e Conférence des évêques latino-américains, à Aparecida en 2007;
  • les procès pour abus sexuels  en Amérique du Nord (2003-2009) et en Europe de l’Ouest;
  • le Synode sur la Parole de Dieu en 2008;
  • le deuxième Synode pour l,Afrique en 2009;
  • le relevé incessant des péchés de l’Église.

Quels sont les jalons qui ont marqué la route de notre Congrégation durant les six ou douze ans passés ?

B.    La carte changeante de la Congrégation


Au Gouvernement central, nous avons mis l’emphase sur la consolidation des missions et délégations existantes, et la liste en est longue : Zambie, Zimbabwe, Angola, Namibie, Pakistan, Chine, Guyane française, Guatemala. Plus d’une province ont reçu des renforts de quelques autres plus riches en vocations, et c’est encore là un processus en marche.

Tandis que nous avons ralenti le mouvement d’ouverture de missions dans de nouveaux pays, nous avons connu ailleurs, suite aux recommandations de nos assemblées, de nouveaux commencements:  Roumanie en 2000,  Belarus en 2001, et Guinée-Bissau en 2003.

Des efforts continus ont été faits pour adapter les structures de nos Unités aux besoins des missions et à nos ressources. Quelques mouvements importants ont été, par exemple :

  • Les cinq provinces des États-Unis qui se sont réunies en 1999.
  • Le Canada qui est passé de huit provinces à trois, entre 2003 et 2005.
  • Une vice-province et deux délégations à l’intérieur du Brésil ont fusionné en une province en 2003.
  • L’Inde est devenue province en mai 2010.

Plusieurs autres changements se sont produits dans le cadre de la restructuration des 24 vice-provinces demandée par le Chapitre de 1998 :

  • L’Argentine et le Chili sont devenus une seule province en 2003.
  • Les Pays-Bas et les deux provinces belges se sont fusionnés en une seule province.
  • La Scandinavie et la Vice-province polonaise de France-Benelux ont rejoint la Pologne.
  • La Province centrale européenne a été formée à partir de l’Allemagne, de l’Autriche et de la République tchèque.
  • En 2010, la Thaïlande est devenue une délégation des Philippines.  
  • La Délégation du Japon – Corée est désormais sous la gouverne de Colombo avec l’appui de Jaffna et des Philippines.

La carte oblate de l’Afrique n’a pas encore changé, mais là aussi, comme en d’autres parties du monde, la coopération régionale est devenue la règle, particulièrement pour appuyer notre centre d’études de Cedara, en Afrique du Sud, et pour la consolidation des  études de nos candidats en formation originaires  du Cameroun, du Congo et du Sénégal.

Plusieurs scénarios de restructuration sont encore à l’étude, particulièrement pour l’Italie et l’Espagne; le Paraguay et l’Uruguay; la Bolivie; le Pérou; le Natal et la Province du Nord de l’Afrique du Sud, et enfin la Namibie, la Province centrale de l’Afrique du Sud et le Lesotho.

C.    Les événements qui ont marqué la mission oblate


Quelques autres jalons marquent le genre de travail missionnaire qui intéresse la Congrégation. Cela est particulièrement mis en lumière dans les sessions suivantes qui se sont tenues :

  • sur la sécularité (plusieurs sessions),
  • sur le dialogue interreligieux,
  • sur le ministère auprès des indigènes,
  • sur la mission auprès des jeunes,
  • sur la migration.

D’autres événements, mouvements ou changements dignes de mention spéciale :

  • Le processus d’évaluation de l’« Immense Espérance» est en marche depuis qu’il a acquis de l’importance à la réunion intercapitulaire au Mexique en 2001;
  • Des efforts importants ont été entrepris pour fortifier et recentrer le ministère de JPIC. Nous  avons maintenant un directeur à temps plein au sein de l’Administration générale, en la personne du p. Camille Piché, et un représentant permanent à l’ONU, le p. Daniel LeBlanc, en collaboration avec VIVAT ; de plus, de nouveaux statuts  ont été élaborés pour notre service au niveau général.
  • Quant à l’animation du charisme, le Gouvernement central s’y est de plus en plus engagé au Centre de Mazenod à Aix qui se prépare à prendre complètement en charge le 60, Cours Mirabeau. De plus, on a confié à quelqu’un une tâche à plein temps pour l’animation du  charisme à travers la Congrégation.
  • Le Comité permanent concernant les Frères et le Comité pour les Laïcs Associés ont apporté une énergie nouvelle à ces expressions du charisme oblat.
  • Des démarches financières d’envergure ont été discutées en préparation  de décisions éventuelles. Beaucoup d’argent a changé de propriétaires par le biais des programmes du Capital I & II et de la Campagne de Ressources missionnaires, de façon à fortifier notre mission comme évangélisateurs des pauvres au 21e siècle. Quelques provinces ont même consenti des efforts additionnels au-delà de ce qui était stipulé dans ces programmes et ont ainsi partagé régulièrement de leurs ressources avec l’ensemble de la Congrégation : ainsi la Province américaine, la Province de Belgique/Pays-Bas, la Province anglo-irlandaise, l’Espagne et tout récemment la Province du Brésil.
  • Le poste de directeur des octrois a contribué à appuyer le travail missionnaire à partir de sources non-oblates. Depuis 1999, nous avons cherché quelqu’un pour occuper ce poste,  mais la nomination du Directeur n’a pu prendre effet qu’à partir de 2005.
  • L’étude concernant la vente possible de la Maison générale a été menée avec une  attention particulière durant les derniers cinq ans; la chose est arrivée tout près d’une décision, mais le processus a été mis en veilleuse en février 2010 en raison de la proximité du Chapitre.
  • Des affaires de Cour et des règlements de litiges ont continué à peser lourdement sur des provinces , entraînant avec eux une perte de renommée et de portions appréciables de notre patrimoine.
  • Un événement missionnaire d’importance a été, en quelque sorte,  le terme apporté à plus de 10 ans de litiges au Canada, émanant des Écoles résidentielles pour les autochtones. Ce qui a suscité, en avril 209, une visite d’envergure auprès du Pape et de notre Maison générale de la part des Chefs autochtones.
  • Il faut encore mentionner que depuis 1998 nous avons de nouveau un cardinal oblat, Mgr Francis George. Des évêques et prélats oblats sont nommés régulièrement et leur nombre d’environ 45 est demeuré assez stable.

Enfin, permettez-moi de mentionner quelques événements qui se rapportent aux gestes merveilleux de Dieu parmi nous :

  • la béatification du père Jozef Cebula en 1999;
  • le 10e anniversaire de la canonisation de saint Eugène en 2005;
  • la perspective de la béatification de nos martyrs espagnols en 2011.

Connaîtrons-nous l’inscription de la fête de saint Eugène de Mazenod au calendrier liturgique universel durant la même année 2011, à l’occasion du 150e anniversaire de sa mort ? Nous avons certainement besoin de  prier et d’avoir recours à  l’intercession de nos saints oblats en vue de poursuivre l’œuvre qu’ils ont commencée.